16 janvier 2006

Politique, mais quelle politique...

Mes idées politiques ne regardent que moi et je ne vais surtout pas essayer de vous les faire partager. Cela serait sûrement sans grand intérêt. Je préciserai tout de même que je ne véhicule ni n’adhère à aucune idée venant des extrêmes.

Non, ce qui m’amène aujourd’hui c’est un constat pur et simple ; les grands blocs politiques se battent sois disant à coup de programme, mais lesquels ? Ou plutôt quel programme. Parce que s’il semble acquit que le contenant existe, pour ce qui est du contenu c’est beaucoup moins sûr.

On nous livre souvent de grandes phrases ; « il faut réformer le régime de retraite » ou « nous devons prendre en compte le mal être des jeunes des banlieues » ou encore « il est impératif de réduire le chômage des moins de 25 ans », voire même « nous allons réduire de manière significative la dette publique », etc etc etc.

Je pense que tous les Français sont d’accord sur tous ces points. Le problème est que personne, aussi bien à gauche, au centre qu’à droite, ne nous explique comment lui va s’y prendre, concrètement. Personne ne nous dit quelle(s) solution(s) il va mettre en œuvre, ni surtout quels sont les moyens et financements qu’il compte mobiliser pour y arriver. En bref, on reste toujours dans un flou. Les amateurs de David HAMILTON (photographe spécialisé dans le flou artistique) seront sûrement ravis, moi pas.

Au lieu de cela, on assiste, mais cela a presque toujours été le cas à une sorte de pseudo bataille de communiqués divers et variés. Ceux-ci ne servent finalement qu’à théâtraliser le jeu des acteurs politiques, mais rien de plus.

On apprend ainsi qu’un éventuel candidat à la candidature de son parti « veut le meilleur pour son pays » (manquerait plus qu’il veuille nous saborder), qu’une autre candidate potentielle « n’exclut rien », pendant qu’une troisième part soutenir une femme élue à la tête d’une république sud-américaine (c’est limite grotesque, soutenir quelqu’un qui vient d’être élu, comme si elle avait besoin de cela maintenant), tandis que certains « éléphants » s’inquiètent de l’arrivée d’une femme dans leur magasin de porcelaine. Entre quelques querelles internes, on assiste de temps à autre au lancement de quelques missiles intra-continentaux visant le bloc d’en face, ou les extrêmes. Bref, du vent, du vent et encore du vent. Les actes ? C’est promis juré, craché par terre, cochon qui s’en dédit, si je mens je vais en … (heu non pas là il y fait trop chaud), ce sera pour, dès que le candidat sera élu, en 2007 donc. Va falloir être patient.

Et au lieu de résoudre nos problèmes les plus flagrants, « ils » nous pondent une jolie petite loi sur les droits d’auteurs. Loi, qui sois dit en passant déchire plus ou moins le gouvernement et les députés qui ont voté pour. Comme si c’était cela le plus urgent.

Ma conclusion ? Je vais faire comme d’habitude, à chaque élection je continuerai à aller voter, car pour moi c’est un droit et un devoir, mais comme d’habitude depuis quelques années déjà je voterai pour celui, celle ou ceux que je jugerait non pas les meilleurs, mais disons le(s) moins mauvais. Si je le pouvais, je voterai blanc, histoire de provoquer chez eux un hypothétique et utopique électrochoc (on peut toujours rêver non), malheureusement ce type de vote n’est pas comptabilisé officiellement, et c’est bien dommage.

Ma réconciliation avec la politique ? Ce n’est pas pour demain…

Posté par Blog44 à 11:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Politique, mais quelle politique...

    tu l'a dit bouffi

    Je suis entièrement d'accord avec ce que tu as écrit. On est abreuvé de discours creux et démago blindé de généralités. Les politiques prennent t'ils a ce point les gens pour des cons pour refuser d'expliquer concrètement d'ou viennent les problèmes et quelles sont les solutions ? Ou alors ont t'ils pour seul objectif de ratisser large pour gagner leur prochaine élection ? Dans tout les cas l'intérêt de la France est très mal servi. j'ai tendance à voir dans la politique une simple de lutte de pouvoirs. J'ai l'impression que ceux qui se lancent en politique avec un idéal dans la tête sont vite désabusés par le système qui consiste à dire aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre juste pour se faire élire.
    Alors, la faute à qui ? aux blaireaux qui croient au chant des sirènes ? Aux politiques qui ne s'interessent qu'à leur carrière ?
    Je ne sais pas, mais la conclusion que j'en tire est différente de la tienne, et je n'en éprouve pas grande fierté : je tend à me désinteresser de la politique, à ne plus voter, à zapper chaque débat politique pour ne plus écouter les débats stériles entre la gauche et la droite où ceux qui se polarisent contre une personne.
    Quand j'y pense, c'est plutôt déprimant. J'aimerais bien pouvoir participer à la vie politique de mon pays si elle n'était pas cette vaste mascarade.
    Ma réconciliation avec la vie politique ? le jour ou je n'aurais plus ce sentiment d'impuissance en moi.

    Myriam

    Posté par Myriam, 16 janvier 2006 à 11:29 | | Répondre
  • C'est vrai que n otre conclusion diffère quelque peu. Mais j'avoue que lorsque je constate la façon dont les libertés fondamentales sont baffouées dans certains pays, j'ai du mal à me dire que je ne vais plus aller voter.

    Posté par Blog44, 16 janvier 2006 à 16:37 | | Répondre
  • Comment s'y prendre?

    Il n'y a qu'une seule solution et c'est la pire.C'est justement pour cela qu'aucun parti ne l'utilisera.Ils la connaissent tous mais elle est tellement dure qu'ils ne pourrons jamais l'appliquer,du moins dans sa totalité.Tout remettre à plat,faire mettre la main au porte monnaie à tout ceux qui coutent cher à la société,punir tous ceux qui dégradent,volent ,tuent,escroquent,etc,etc,fournir du travail à trois millions de chomeurs avec un salaire décent .Ce n'est pas possible!Mais on peut leur faire espérer...

    Posté par Gégé, 16 janvier 2006 à 21:33 | | Répondre
  • Oui, effectivement, vu comme cela c'est assez radical et je ne suis pas sûr que nous y soyons prêts. Ceci dit, nos ascendants ont fait pire, ou mieux, c'était en 1789...

    Posté par Blog44, 16 janvier 2006 à 23:43 | | Répondre
  • Blanc bonnet ou bonnet blanc?

    Pouvoir quand tu nous tiens! Gauche , Droite: Quel spectacle lamentable. Je suis parvenu au pouvoir par ton vote, je t'ai roulé dans la farine, fais miroité la poule aux oeufs d'or, promis que ça allait changer, du boulot pour tous, un pouvoir d'achat en augmentation , de la considération de la sécurité etc. Je t'ai bien baisé, tu as aimé? Tu remets le couvert aux prochaines élections, je te resservirai les mêmes promesses; tu es mécontent? C'est pas grave, je m'en fous, je vais bien profiter des avantages que me procure ma charge; et si tu votes pour mon adversaire, il te le mettra aussi profond et, sans vaseline tu risques de ne pas aimer.
    Voilà ce que j'entends depuis des lustres, alors je crois que les jours d'élection, j'irai m'oxygéner, j'ai peur des bulletins de votes, je trouve qu'ils sentent de plus en plus la M...E!

    Posté par suricate38, 20 janvier 2006 à 15:08 | | Répondre
  • Je constate qu'il y a bien plus désabusé qe moi en fait.

    Posté par Blog44, 20 janvier 2006 à 15:32 | | Répondre
Nouveau commentaire