14 juin 2006

du sport du sport et encore du sport

Il est un fait que je suis légèrement fondu de sport. Je le pratique, je le fais pratiquer (à ma progéniture, pour mon conjoint j’ai renoncé) et je le regarde presque autant que je peux à la télévision.

Je lutte d’ailleurs avec moi même très régulièrement pour ne pas m’abonner à un bouquet satellite, car je suis persuadé que là, ce serait l’apocalypse, entre Eurosport, Equidia, l’équipe TV, AB moteurs, moteurs TV… je pense que je passerai devant l’écran plus de temps que la raison ne devrait le tolérer. Alors autant éradiquer le mal à la racine.

Bon, ceci dit, sur ces chaînes on y trouve aussi pas mal de sport qui ne m’intéresse guère, style snooker, curling, tractor pulling, fléchettes… Alors que d’autres disciplines sont presque totalement passées sous silence. A quoi cela est-il dû ? A une raison fort simple, si la discipline ne fait pas partie des activités dites médiatiques (foot, tennis, rugby…), de celles qui touchent des droits télévisuels, alors elles doivent payer pour passer à l’antenne. En fait elles achètent des reportages, des minutes d’antennes, des créneaux horaires… Si elles payent, la chaîne en question envoie alors une (ou plusieurs) équipe de tournage. Et suivant l’importance du chèque le reportage sera plus ou moins long, sera passé à une heure de plus ou moins grande écoute et sera diffusé de une à plusieurs fois.

On pourrait supposer que le service publique prenne à sa charge ces diffusions. Le ministre des sports (l’actuel et tous les anciens aussi) répète à qui veut l’entendre qu’il faut développer encore plus la pratique sportive. Cela ne pourrait-il pas passer par des émissions de vulgarisation où l’on expliquerait les règles de base des disciplines (oui oui même le curling, même les jeux de force nordiques…), où l’on parlerait des principaux athlètes, des grandes épreuves, des sports de masse…

En dehors des Jeux Olympiques qui a déjà vu sur les chaînes publiques, de l’aviron, du canoé, des régates, du saut d’obstacles, du VTT, du BMX, du roller de vitesse, du cricket, de la course d’orientation, des courses de trail, du biathlon, du combiné nordique… et combien de fois ? Une fois l’an, 10 secondes en fin d’un stade 2 ?

Si l’on veut que le sport intéresse la « masse » (masse dans le bon sens du terme, genre majorité), commençons par la vulgarisation, montrons à tout le monde tout ce qui existe, comment on s’y prend pour débuter, dans quelles structures. Et peut-être que là effectivement les fédérations auront une chance d’enregistrer un afflux mesurable de nouveaux adhérents. Dans le cas contraire, les disciplines peu connues ou inconnues sont et seront condamnées à ne voir arriver que les enfants de ceux qui pratiquent déjà. C’est sûrement mieux que rien, mais il n’y a tout de même pas de quoi pavoiser.

Il fut un temps (pas si lointain) j’avais rédigé tout un dossier visant à la connaissance, la reconnaissance, le développement des disciplines non médiatiques, mais je n’ai probablement pas su assez bien le vendre au ministère concerné (je ne suis pas commercial dans l’âme), et ce dossier dort maintenant, chez moi,  consciencieusement et tranquillement dans un recoin de mémoire d’un quelconque disque dur.

Mais je ne désespère pas pour autant. Si je ne sais pas vendre, je ne manque pas d’idées. La dernière qui a germé il y a peu est relativement simple. Elle est arrivée peu après l’apparition des tous nouveaux caméscopes à disque dur. L’envie est en train de monter, réaliser moi-même quelques « reportages » que je diffuserai alors sur mon propre site. Pour cela, il faut commencer par laisser monter l’envie, que cela devienne presque une « nécessité » de se lancer. Et après…

Après c’est une autre histoire…

Posté par Blog44 à 00:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur du sport du sport et encore du sport

Nouveau commentaire