02 avril 2007

Clips vidéos en tous genres

Si l’on se penche un peu sur le monde des clips vidéo, on se rend rapidement compte qu’ils se répartissent dans un nombre assez restreint de familles. En fait, j’ai identifié quatre familles bien distinctes.

La première pourrait regrouper ceux ou le chanteur « marche ». Cela se passe dans la rue, dans la nature, dans un supermarché, dans une gare... La caméra est alternativement devant, sur les côtés ou derrière. Rien de bien original, cela ressemble fortement à cette pochette d’un 33 tours des Beatles en train de traverser une rue. Le principe est le même pour tous les clips de cette famille ; on marche, il n’y a que l’environnement qui change. Le chanteur, ou la chanteuse est seul(e) et c’est vrai qu’il ou elle doit se sentir bien seul à ce moment là. Parfois « on » l’accompagne, le chanteur doit alors se sentir moins idiot. C’est marrant, ils marchent, ils marchent, parfois courent mais personne n’est jamais essoufflé, ni ne transpire d’ailleurs. De vrais marathoniens !!! Cette catégorie inclue, tous ceux qui se déplacent, que ce soit en voiture, en train, en bateau, en avion ou encore en trottinette. 

La deuxième catégorie regroupe les « danseurs ». Chez les plus « pauvres », le décor est réduit au strict minimum, décor(s) peint(s), ou escaliers. Ceux qui semblent vraiment manquer de moyens emploient très peu de danseurs. Les plans durent moins de quelques secondes, de telle sorte que l’œil n’a pas le temps de repérer les détails.  Au premier abord cela peut sembler attrayant et rythmé. Si l’on découpe le clip en plans fixes, on voit assez clairement que les chorégraphies sont souvent simplistes et répétitives, les danseurs n’ont probablement pas eu le temps  de faire beaucoup de répétitions et ne sont alors pas tous dans le même rythme. Ce découpage en plan fixes est redoutable aussi pour la morphologie des danseurs, on y découvre ainsi des danseurs et danseuses un peu trop bien nourris, ceux qui ont du mal à suivre car manquant d’entraînement, les trop petits, les chauves… Et pour faire prendre la sauce et retenir le quidam spectateur moyen (surtout si c’est un mâle), on déshabille plus ou moins (parfois plus) les danseuses et la chanteuse, et comme pour Orangina on agite le tout sans modération (dans ces cas là aucune anorexique à l’écran). Histoire de varier les plaisirs on peut aussi s’y vautrer dans les coussins, sur un lit, un divan ou un simple carrelage. Dans ces cas là, tenue minimale impérative !

La catégorie suivante rassemble les « groupes ». C’est filmé parfois sans aucun décor, parfois façon concert ou encore façon répétition. C’est là aussi filmé à coups de plans assez rapides, dans le cas contraire on pourrait peut être se rendre compte que les instruments ne sont reliés à rien, ou que d’autres ne sont jamais utilisés, ou même encore que le chanteur (ou la chanteuse) n’articule en fait presque aucune parole. C’est probablement la catégorie qui demande le moins d’effort, pas besoin de bouger, ni de répéter des mouvements d’ensemble, ni d’essayer de construire un quelconque scénario.

Enfin la quatrième catégorie regroupe tous ceux qui font des efforts évidents pour ne pas entrer dans les 3 premières catégories. Ce sont les clips qui tentent de faire preuve d’une certaine originalité, soit dans la façon de filmer, soit en racontant une histoire (pas toujours en rapport avec le texte de la chanson mais bon). Tout n’y est peut-être pas excellent, mais au moins cela sort des sentiers battus, ou plutôt des principales autoroutes citées précédemment. Après on apprécie ou pas, simple question de goût.

Je n’ai cité, intentionnellement aucun clip, aucun chanteur, aucun groupe. Je vous laisse faire le tri vous-même. Vous verrez, c’est assez facile. Et si jamais vous voulez créer une 5e catégorie n’hésitez pas à me le dire.

Posté par Blog44 à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Clips vidéos en tous genres

Nouveau commentaire