06 janvier 2006

Energie de remplacement...

Bon, tout le monde le sait, nos réserves en pétrole ne sont pas sans limite. Il semblerait même que les limites sient bientôt atteintes. Mais ce n’est pas le but principal de ma venue ici.

Ce pétrole, il faudra bien le remplacer par quelque chose. Certains mettent en avant ce que l’on appelle les Bio-carburants. En somme et pour faire simple, nous roulerions alors à l’huile de Colza ou de Tournesol, voire pourquoi pas à l’essence de Betterave ou même de Blé.

Ce n’est pas bête comme idée, n’est-ce pas ? Mais la question qui me vient alors à l’esprit (exactement là ou se trouvent mes 2 neurones, ceux dont j’ai déjà parlé dans d’autres messages), vient d’un constat simple : ces plantes, il faut bien les produire, donc les cultiver, pour pouvoir les transformer ensuite en combustible pour nos « chères » voitures. Et cette question, assez basique, est : « mais de quelle surface avons nous besoin, pour nous passer complètement du pétrole ».

Pour y répondre il faut partir d’un point connu, à savoir ; notre consommation totale en pétrole. Et bien, en 2002, pour faire rouler, nos voitures, nos bus, nos camions et faire voler nos avions, la France a consommé 90 millions de tonnes de pétrole (oui oui je sais, cela commence à faire pas mal, mais c’est ainsi).

En produit fini (traduire : que l’on peut mettre directement dans le réservoir et à rendement équivalent avec le pétrole), sur un hectare (ou encore 10000m²) de terre cultivable, nos agriculteurs arrivent à produire en moyenne 1,37t d’huile de colza et 1,06t d’huile de tournesol, ou encore 3,98t d’éthanol de betterave et 1,76t d’éthanol de blé.

Donc, pour « compenser » nos 90 millions de tonnes de pétrole. Il va nous falloir :

-         65,7 millions d’ha (soient 657 000km²) de Colza ou

-         85 millions d’ha (soient 850 000km²) de Tournesol ou

-         22,1 millions d’ha (soient 221 000 km²) de Betterave ou enfin

-         51,1 millions d’ha (soient 511 000 km²) de Blé

Il s’avère que la superficie totale de la France métropolitaine est d’environ, 560 000km².

Là d’un seul coup, je vois (enfin façon de parler, mais j’imagine), que vous venez de comprendre l’étendue du problème. A supposer que l’on plante partout nos petits végétaux, même sous la Tour Eiffel ou à l’intérieur du Louvre, même tout en haut du Mont Blanc ou encore sur le Mont St Michel, et aussi dans le granit des côtes Bretonnes, voire sur la dune du Pyla, et bien, la France n’est pas assez grande pour produire, le Colza, le Tournesol ou le Blé nécessaire à une autonomie totale.

Reste donc en course, éventuellement la Betterave. Il faudrait tout de même couvrir 40% de toute la France pour y arriver, mais bon admettons que nous y arrivions.

Le problème, parce que vous vous doutez bien qu’il reste un léger-menu-ridicule petit problème à résoudre ; celui de l’énergie nécessaire à la transformation. Et oui, la betterave, elle ne va pas se transformer toute seule, par une opération divine en éthanol. Il faut la distiller, et pour distiller nos 3,98 t de Betterave il faut 3,22 t d’équivalent pétrole (on peut aussi dire 3,22 t de Betteraves déjà distillées). Nous avons donc utilisé 3,22t d’énergie pour en produire 3,98, reste donc 0,76t disponibles. Pas terrible comme rendement hein ?

Maintenant, rappelez-vous, nous devons compenser 90 millions de tonnes de pétrole. Nous disposons donc de nos 0,76 t de betterave par hectare. Il nous faut alors 118 millions d’ha (soient presque 2 fois la France) pour y arriver. Arghlll !!!!

C’est moins pire pour le Colza et le Tournesol, car il n’y a pas distillation mais simple pressage. La quantité d’énergie à dépenser pour obtenir le produit final est donc bien moindre, mais même sans cela les superficies nécessaires étaient prohibitives.

En bref, passer du « tout pétrole » au « tout bio-carburant » relève de l’utopie. Celui qui prétendrait cela serait un fou furieux ou un idiot congénital.

Donc il est fort à parier que nous utiliserons des bio-carburants, mais nous devrons développer-utiliser d’autres modes d’énergie pour nos « chers » véhicules.

Juste pour finir, je n’ai pas parler des déchets générés par le pressage du Colza et du Tournesol (on appelle cela des tourteaux d’ailleurs), ou la distillation de la Betterave et du Blé (reste les pulpes). Heu, nous en faisons quoi de nos millions de tonnes de déchets ???

Bon bon j’arrête là…

Posté par Blog44 à 17:33 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Energie de remplacement...

    Ii y a un moyen

    Pour y arriver,on triple,on quadruple le rendement par les engrais en tous genres!on s'en fout puisque ce n'est pas de la nouriture pour les humains...Je blague mais c'est peut etre ce qiu peut arriver.

    Posté par jsatgrr, 10 janvier 2006 à 20:54 | | Répondre
  • Oui mais dans ce cas là on peut dire adieu aux nappes phréatiques. Et même si nous ne polluons pas trop notre environnement avec les engrais la question suivante est : que ferons nous de nos 90 millions de tonnes de déchets .

    Posté par blog44, 11 janvier 2006 à 09:46 | | Répondre
  • Piste prometteuse! La pile à combustible.

    Article du 10 janvier 2006.PSA Peugeot s,intéresse à la pile à combustible.Ouvert hier en présence du ministre de l' éducation et de la recherche,le centre de recherche sur la pile à combustible de PSA,situé à Carrières-sous-Poissy(Yvelines)qui emploie une cinquantaine de chercheurs et techniciens est opérationnel.Gilles de robien à salué la vraie mobilisation de PSA en faveur de la pile à combu

    Posté par jsatgrr, 11 janvier 2006 à 20:44 | | Répondre
  • Même si je ne suis pas ce problème de très près, j'ai effectivement entendu parler de cette technologie. Et c'est vrai qu'elle semble assez prometteuse. A suivre donc.

    Posté par Blog44, 12 janvier 2006 à 15:32 | | Répondre
Nouveau commentaire